J’imagine que vous devez vous poser des questions sur ce que je deviens pour avoir été si silencieuse pendant si longtemps !

Et bien figurez-vous que je ne vous oublie pas mais n’ayant toujours pas le don d’ubiquité, je ne peux être qu’à un endroit à la fois !

Quel est l’intérêt de faire les choses pour dire de les faire si c’est pour les faire mal ?!

L’année dernière, oui vous le savez en bonne instit je ne parle qu’en année scolaire, j’ai passé une année formidable avec des élèves en or. Un cru extraordinaire avec un cépage délicieux qui je suis sûre fera d’ici quelques années une cuvée unique ! J’aurais le plaisir et même l’honneur de vous susurrer à l’oreille : « Tu vois ce petit ou cette petite, il était dans ma classe en CM2 et déjà il/elle était extraordinaire à l’époque ! »

Ces moments sont précieux et méritent qu’on leur porte toute notre attention alors je l’avoue : l’année dernière c’est sur eux que je me suis concentrée. Et croyez-moi, cela valait le coup !

J’ai rencontré des jeunes en devenir qui m’ont fait moi-même murir et retourner en enfance en même temps !

Quelle chance j’ai de vivre cela !

Aujourd’hui, je ne vais pas vous proposer une recette mais une idée, une invitation à voyager à travers vous-même en faisant confiance à mère nature !

Je reviens tout juste d’un week-end hors du commun qui me fait commencer mes vacances dans la plus belle des postures : détendue.

J’ai la sensation d’avoir retrouvé un chemin après des longues semaines d’errances.

Cette sensation est si apaisante qu’il serait égoïste de ma part de ne pas la partager avec vous !

Ce week-end, je suis partie dans la forêt pour faire une expérience de sylvothérapie !

J’en entends déjà se demander si j’ai bu, si j’ai fumé quelque chose et bien non mais j’ai tout de même, à cet instant, l’impression d’être légèrement enivrée !

Mon dermato, qui est aussi celui de mes filles, est un type épatant ! Il soigne principalement l’eczéma avec un talent fou et une extrême bienveillance. Mais plutôt que de soigner, cette fois-ci il y a eu envie de confier à ses petits patients une technique pour se relaxer et utiliser leur grande sensibilité comme une force à utiliser pour aller mieux ! Je tiens à préciser que je me compte dans ses petits patients !!

Me voilà donc embarquée dans une drôle d’aventure avec 29 enfants de 7 à 14 ans, des médecins, des psychologues, une sophrologue, des infirmières et d’autres personnes soignantes ! Au milieu de tout ça, où est ma place me demanderez-vous ? Et bien je vous avoue que je me suis posée la même question et puis j’ai compris que tout ces grandes personnes avec besoin que je laisse mon cartable à la maison sans enlever ma cape de Professeur des écoles ! Ce dont il avait besoin c’est de mon expérience de gestion de groupe d’enfants !

Nous sommes donc partis avec tout ce petit monde dans de magnifiques forêts, encadrés par deux hommes extraordinaires : Vincent Karche ancien ténor d’opéra devenu expert en randonnée lyrique et Jean-Marie Defossez coach en respiration. Ces deux amoureux des arbres, que je vous invite viveement à rencontrer, nous ont fait redécouvrir le bonheur d’entendre les feuilles crisser sous nos pieds, de sentir l’odeur des écorces, de toucher les merveilles dans la nature tout en les respectant.

Avec eux, nous avons appris à nous relaxer afin d’évacuer de nos corps et des nos pensées toutes les pressions et le stress qui nous entoure. Avec eux, nous avons câliner des arbres, admirer des chevreuils, inspirer, souffler et chanter !

Oh chanter, oh oui ! Je n’ai jamais senti  de joie aussi profonde qu’en écoutant Vincent chanter devant nous dans la forêt des extraits d’opéra. Sa voix de ténor nous a tout simplement envoutés. Transie, tout mon épiderme se faisait plus sensible, l’émotion était palpable et laissait mes yeux s’embrumés un peu plus à chaque note !

Quelle expérience inédite : UNE PARENTHESES ENCHANTEE.

Et quelle expérience aussi que de chanter l’hymne à la joie au milieu des arbres centenaires avec ces enfants ébahis qui avaient baissé la garde et se laissaient guider par la joie qui les traversait eux aussi.

Alors, croyez-moi, pas de recette aujourd’hui mais une idée qui pourrait à tous vous faire du bien !

Allez vous ressourcer dans les arbres, rendez-leur tout l’amour qu’ils nous donnent en nous faisant vivre ! Ils sont aujourd’hui moins nombreux, ils ont besoin de notre soutien et de notre amour. Nous leur devons bien ça ! Sans ses grands géants pour régénérer notre air, nous ne serions pas grand chose. Aujourd’hui, j’ai appris bien plus d’eux. Très loin sont dans ma tête actuellement les préparations de séances de sciences inspirées par les programmes de l’éducation nationale.

Apprenons à nos enfants, nos élèves à chercher le bonheur auprès d’eux !

Dans la nature, chacun pousse à son rythme et se complète. Les arbres coupés trouvent la force de se relever plus beaux, plus forts, plus grands. La nature sait s’organiser à merveille. Chacun y a sa place et est conscient que l’autre d’à côté n’est pas son ennemi mais son ami bienveillant qui lui montre l’exemple ! Les arbres attendent leur tour sagement. Ils ne se précipitent, non… Ils profitent de chaque instant, de chaque moment. Parfois on voit deux arbres différents qui ne forment plus qu’un. Les branches et les feuillages se rencontrent et se câlinent cote à cote. On ne leur dit pas à eux qu’ils sont mal assortis, trop différents non, devant eux on s’émerveille.

Laissons à nos enfants et laissons-nous le droit de nous extasier de puiser dans ces vieux monsieurs que sont les arbres des conseils de sagesse !

L’amour est à porté de main, le bonheur devant vous !

arbre